Qui est l’ancien ?

Mon père, aussi nommé l’ancien ou pépé selon le contexte, est né en 1954. Très vite attiré par faire des conneries la moto étant jeune, il s’est mis à conduire toutes sortes de mobylettes trafiquées préparées avant de passer son permis gros cube à ses 18 ans.

Je me souviendrai toujours d’une anecdote qu’il m’avait raconté : lorsqu’il était minot et qu’il voulait être le plus rapide du quartier, un grand lui avait dit que pour aller plus vite il devait améliorer l’allumage. Qu’à cela ne tienne, il avait rajouté plein de phares et de lampes sur sa mob’… (si vous n’avez pas compris je vous conseille de revoir comment fonctionne un moteur à explosion).

Quelques années seulement après l’obtention du papier rose, le voilà déjà intéressé par la compétition. Voici son palmarès :

1975

  • Première course moto le 16 Mars en Kawasaki 750 H2, challenge Raymond Acat au Mans (circuit Bugatti). Podium 1er
  • Criterium 750 à Magny-Cours. Podium 2ème
  • Criterium 750 à Nogaro. Podium 2ème
  • Albi, casse.

1976

  •  Le 6 Juin, Promosport 1000 cc au Paul Ricard (Castellet). Vainqueur des 2 manches. Vainqueur au général
  • Le 11 Juillet, Promosport 1000 cc à Dijon Prenois. Vainqueur de la première manche, 2ème à la seconde manche. Vainqueur au général
  • Promosport 1000 cc à de Nogaro. Podium 2ème
  • 5 Septembre, 125cc Promosport BPS circuit de Lédenon. Vainqueur de la première manche. Vainqueur au général

1977

  • Journée K coupe Kawasaki au Paul Ricard (Castellet). Rang 5/370 participants.
  • Le 8 Octobre, Promosport 1000 cc endurance au Paul Ricard (Castellet). Vainqueur.
  • Le 9 Octobre, Promosport 250cc endurance au Paul Ricard (Castellet). Vainqueur.

1978

  • Championnat de vitesse avec une Yamaha 500 T2, chute et casse.
  • Le 9 Avril, coup d’éclat aux essais du Moto Journal 200 (Paul Ricard) en ayant fait l’intérieur à Kenny Roberts (USA, Yamaha 750) et Steve Baker (USA, Yamaha 750) au double-droite avant de chuter au virage de la Tour.

1980

  • Bol d’Argent (6h) pour Kawasaki France. Deuxième aux essais puis 7ème en course.

Comme il était impossible de vivre de la course moto sans être champion du monde, et qu’il ne l’était pas, il a mis un terme à tout ça. Finalement, les seuls deux roues qu’il continuait à conduire étaient des scooters, mais plus par utilité que par plaisir. Je ne pense pas qu’il se doutait qu’à un moment, à plus de 60 balais, il retournerait sur piste après 35 ans d’arrêt pour se tirer la bourre avec des jeunes, dont son propre fils. En définitive le voilà prêt à en découdre pour le Bol d’Argent (avec un style de pilotage inimitable!).

1 Comment

1 Trackback / Pingback

  1. L'histoire de ma Honda CB600F Hornet - VashFox

Laisser un commentaire